Concevoir un bébé

Bébéoutai

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, quelles chanceuses ces princesses !! Un peu plus et tu commencerais à les détester !

Concevoir un bébé ça peut prendre du temps, beaucoup de temps et lorsque la dernière plaquette est vide, on n’y pense pas forcément. On s’imagine plutôt tomber enceinte dans les 6 prochains mois et pour les plus impatientes, on commence à jeter un œil discret sur Pinterest à ses heures perdues.

Parfois bébé met du temps avant de venir, la nature est ainsi faite diront certains mais pour les impatientes comme moi l’attente peut vite être mal vécue. Avoir un bébé devient alors un petit combat à mener dont j’ai retenu pas mal de petites choses.

14369871_1179121052167781_5709532394471442602_n

A la poubelle le calendrier

Dès le départ j’ai calculé, compté, coché les dates fatidiques sur mon calendrier. Au bout de 6 mois d’arrêt de pilule, 1 aménorrhée de 3 mois et des cycles plus qu’irréguliers, le calendrier ne ressemblait plus à grand-chose … Et faire l’amour en fonction du calendrier ça manque de glamour et de romantisme !

La libido étant souvent liée au moral et au stress, on oublie le calendrier qui peut ajouter une certaine pression et créer des obligations et on profite de son homme dès que l’on en a envie !

 

Se réjouir malgré tout.

Dans la catégorie « plus dure bataille quand ton âge tourne autour de la 30aine », les nominées sont : les annonces de grossesse ! Elles fusent de partout et au bout d’un moment il devient très (très, très, très) dur de te réjouir et au lieu du traditionnel « Félicitation, j’suis contente pour toi ! » tu as plutôt envie 1- de dire « fait chier », 2- de pleurer toutes les larmes de ton corps, 3- de hurler POURQUOI PAS MOI !! Malheureusement pour nous, ce n’est pas très poli donc on reste soft, on respire 3 fois et on félicite la future maman.

Après, il y a 2 possibilités : soit vous gardez le sourire et prétextant une soif irrépressible vous foncez vous venger sur la bouteille de coca ou de vodka ou vous continuez à vous flageller en demandant les détails. Je vous laisse choisir mais je suis plutôt pour la première option.

 

Laissez les tests de grossesse chez le pharmacien

Tous les mois c’est pareil, on attend avec impatience le jour R (ou le jour rouge), le jour où les règles (ou ragnagna) doivent pointer le bout de leur nez. Rien à signaler …. VITE !!! On fonce à la pharmacie acheter un test de grossesse. Le lendemain matin le test est négatif et les règles débutent 3h plus tard… Et tous les mois ça recommence. Alors au lieu de foncer à la pharmacie, on laisse quelques jours s’écouler sans se faire trop d’idées et sans y penser (si vous avez des tuyaux pour celà , je suis preneuse).

 

Facebook est toujours ton ami si tu relativises

A la trentaine, ta page Facebook se remplie de photos de bébé et d’anecdotes passionnantes sur la vie avec un bébé à coup de vomis et de diarrhées au milieu de la nuit. Rien de mieux pour avoir le moral dans les chaussettes. Perso, j’ai décidé de m’en moquer !! C’est dur mais aller regarder si toutes tes copines de lycée sont mamans, c’est le meilleur moyen pour pester contre toi-même et te culpabiliser toute seule.

A la place, j’ai élaboré une nouvelle stratégie. Une photo de gros bidons, je poste 1 photo du dernier apéro. 1 photo de bébé, je vante mes grasses matinées, les dîners et les visites de musée en amoureux. Chacun son bonheur du jour !

 

Prendre sur soi pour ne pas exploser

« Arrête d’y penser et ça viendra », « T’inquiète pas ça va venir »… Ces phrases, je les ai entendues encore et encore. Les gens qui les utilisent le fond pour mon bien (maladroitement) mais je ne peux plus les entendre. Et après? Je saute à la gorge de la prochaine personne qui le dit? Je coupe les ponts avec tout le monde le temps que bébé arrive enfin? Je ne pensais pas que faire un bébé me demanderai autant de self control. On respire profondément, on sourit et on passe à autre chose. A noter qu’au bout d’un moment, tes amis comprennent le malaise et te laisse tranquille avec ce sujet.

 

Trouvez quelqu’un à qui parler

Quand bébé ne vient pas, les moments de doutes s’enchaînent. On en arrive à se trouver inutile et on a tendance à baisser les bras et à enchaîner les idées négatives aussi vite que les mouchoirs. Dans ces moments, il est difficile de sortir la tête de l’eau et monsieur n’arrive pas forcément à trouver les mots et les copines non plus.

Nos essais bébé nous rapprochent énormément avec mon amoureux, c’est notre petit combat du moment et on se sert les coudes pour réussir à fonder notre petite famille. J’ai aussi la chance d’avoir croisé sur ma route une jeune maman qui a eu des difficultés à avoir un bébé et qui sait ce qu’on peut ressentir. Elle m’a beaucoup aidé à relativiser et à ne pas baisser les bras. Elle trouve toujours les mots justes qui font toute la différence et qui me remotivent.

 

Quand bébé ne vient pas, le plus dur est de ne pas perdre espoir et se laisser aller. Ça peut vous paraître ridicule mais quand les mois s’enchaînent sans LA bonne nouvelle, je me suis sentie vide, moche … Bref un super coup de mou à coup de « je m’aime plus!! » et le piège est là. On  ne fait plus attention à soi et à sa féminité. ERREUR !! Il faut savoir se donner l’envie d’avoir envie. Ressortir le vernis, le maquillage, aller chez le coiffeur… bref me reprendre un peu en main m’a aussi permis d’arrêter de broyer du noir et de me rebooster le moral.

 

Publicités

12 réflexions au sujet de « Bébéoutai »

  1. Moi je répond même plus au « Mais arrête d’y penser, soit patiente » car sinon ils terminent contre un mur. Je me suis aussi pris dans les dents « Mais prends sur toi, 3 mois c’est rien, la moyenne c’est de 1 an » Mais la moyenne je m’en moque, car de 1 : j’ai pas arrêté la pilule pour tomber enceinte dans 1 an, et de 2 : j’ai eu l’aînée en 1 mois

    Aimé par 1 personne

  2. Comme je me retrouve dans cet article! Nous avons attendu presque 2 ans avant d’avoir LA bonne nouvelle! Nous avons vécu exactement tout ce que tu décris, les examens médicaux en plus, pour vérifier que tout va bien… que l’infertilité n’est pas là! s’ajoute alors le stress de ne jamais voir son projet se concrétiser. Je pensais tout ça derrière moi et quand l’envie du 2e s’est fait sentir, je ne pensais pas revivre la même épreuve! Et bam! rebelotte et cette fois, un RDV programmé en PMA dans quelques jours. Je flippe et j’en ai assez de vivre dans cette perpétuelle situation. Maintenant j’ai quand même droit à des nouvelles remarques du genre « c’est pas grave, t’as quand même eu la chance d’en avoir une »: comme si d’un coup comme par magie je n’allais plus avoir envie d’en avoir un 2è!! Je te souhaite beaucoup de courage et de chance dans cette épreuve. Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Je te souhaite également beaucoup de courage pour ton nouveau parcours PMA. « T,as quand même eu la chance d’en avoir 1 », ça c’est de la phrase maladroite et qui énerve ! Je n’en suis pas encore à la PMA et je ne souhaite pas le faire. Et au delà de ne pas avoir envie, mon surpoids est de toute façon un critère rédibitoire pour la PMA.
      Merci pour ton message.
      Bises

      J'aime

  3. Ton article me parle tellement! Il y a quelques années après une grossesse surprise et une fausse couche, il m’a fallu 8 mois pour tomber enceinte, et ça m’a paru une éternité! Actuellement on tente le deuxième, j’ai fait retirer mon stérilet… Il y a deux ans! Depuis chaque arrivée de règle est une petite mort intérieure… Le « faut pas y penser » je l’entend régulièrement et ça me donne envie de distribuer des baffes! Les « mais tu sais unetelle à eu son bébé à 35 ans, t’as le temps! », C’est pire! Alors pour moins y penser je prépare ma reconversion professionnelle et j’inaugure mon blog. Ça m’aide à me focaliser sur une chose dont je suis fière, car la perte d’estime de soi guette…

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour cet article. Aujourd’hui j’ai la chance d’avoir mon petit homme de ma vie avec moi qui a 6 mois mais j’ai mis du temps à l’avoir.
    Au début tu essayes, tu n’y penses pas, puis les mois passent. J’ai dû prendre un traitement hormonal, le pire c’est de montrer que tu es heureuse pour les autres quand elles t’annoncent une grossesse alors qu’au fond de toi tu es brisée et tu as envie de hurler car toi ça ne vient pas.
    Heureusement j’ai reussi à avoir mon bébé juste avant d’entamer une procédure plus lourde.
    Bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s