Parcours PMA

Le couple et l’infertilité

Le brouillon de cet article a été rédigé il y a un petit bout de temps et par manque de temps, je n’arrivai pas à le rédiger. J’ai déjà pas mal parler du couple dans le blog mais c’est pour moi quelques choses de tellement important. L’infertilité peut faire des ravages au sein d’un couple alors que le fait de se serrer les coudes est tellement important.

Dans la vie de tous les jours

Lorsque l’on a appris notre infertilité, il a tout d’abord fallu digérer l’information chacun  à son rythme ce qui n’est pas forcément facile facile. Nous avons su gérer cette longue étape pas très facilement, c’est dur de comprendre l’autre, de savoir dans quelle étape il se situe mais nous avons toujours respecté l’autre malgré ce décalage.

Ensuite vient la phase du démarrage des démarches, le premier coup de téléphone au centre PMA, le premier coup de téléphone à l’urologue… Et là c’est une vague d’appréhension qui nous arrive. On appréhende les examens, on appréhende les rendez-vous médicaux et surtout le diagnostic final. A ce moment, il faut savoir être forte pour aider l’autre et inversement. On est amené à gérer l’appréhension de l’un et quelques jours plus tard, les rôles s’inversent.

castles-616573_960_720

Une fois le diagnostic posé, c’est là que notre couple c’est encore plus renforcer. La première réaction de Zhom a été de vouloir me quitter pour ne pas que je subisse son infertilité. T’as raison mon petit loup !! Il a toujours été impossible pour moi d’envisager cette possibilité. A la place, on a décidé de  multiplier par 5 notre soutient mutuel. On ne s’est jamais fait autant de déclaration d’amour, on a jamais été aussi présent l’un pour l’autre.

Et sous la couette

J’ai déjà fait un article avec des petites astuces pour raviver la flamme, il est vrai qu’après avoir appris son infertilité, la libido en prend un sacré coup.

Difficile de se câliner quand le moral est au plus bas, que notre tête est pleine de question, rare sont ceux qui continue à avoir une vie sexuelle épanouie lorsque la tristesse fait partie prenante du quotidien. Et si nous ne pouvons plus avoir d’enfant de manière naturelle, à quoi bon continuer les câlins ?

Il faut alors réapprendre à ne plus conjuguer sexe avec bébé mais avec plaisir. Il faut savoir se retrouver et retrouver une sexualité plus libérée et sans calendrier (tout du moins entre les différents examens). C’est un vrai retour en arrière long et difficile avec des hauts et des bas. Là aussi chacun avance à son rythme et il faut savoir le respecter.

Je pense qu’il ne faut pas hésiter à communiquer avec son conjoint surtout au début du parcours, parler de ses envies, de ses angoisses et de sa tristesse et écouter ce que l’autre a à nous dire que ce soit par la parole ou par les gestes. Il n’y a pas de fautif dans l’infertilité, la vie est ainsi faite et il faut savoir l’accepter.  Je n’ai jamais nourri de rancœur vis-à-vis de Zhom, je sais qu’il n’y est pour rien et qu’il donnerait beaucoup pour réussir à me faire un enfant naturellement.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Le couple et l’infertilité »

  1. C’est vrai qu’il y a bcp de paramètres qui se bousculent : la sexualité, le rapport à la tristesse de l’autre en plus de la sienne. Il faut se redécouvrir autrement que dans l’attente de la grossesse et donc repenser le couple comme autre chose que l’attente de la parentalité. La communication, encore est toujours, c’est une des clés !

    Aimé par 1 personne

  2. Tu as tout bien dit! En effet, c’est une sacrée épreuve pour un couple, l’essentiel selon moi étant le dialogue. Il y a toujours de la culpabilité quand l’infertilité vient de soi (ou les fausses couches me concernant), mais l’amour de l’autre et sa présence permettent de passer au-dessus, du moins en partie… Quant aux câlins, c’est tabou mais en effet j’ai subi de plein fouet le mélange perdant infertilité-vie sexuelle, terrible! Finalement, ma libido n’est revenue qu’après avoir (enfin) accouché! Courage à vous deux, au moins, il est évident que votre couple est fort et que votre combat en vaut la peine.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai tellement eu peur de perdre ma libido (et surtout la sienne) quand on a appris son infertilité. Je t’avoue avoir prix les devants rapidement pour essayer de sauvegarder notre intimité malgré tout.
      Le dialogue, le dialogue, le dialogue, il n’y a que ça de vrai.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s