Non classé

L’appel du milieu associatif

Avant le blog, avant ma rencontre avec Zhom, j’ai fait du bénévolat au sein d’une grande association nationale pendant de nombreuses années. Ma mission : me débrouiller pour qu’une meute de 20 jeunes entre 12 et 15 ans vivent de grandes aventures en harmonie avec les autres, la nature et surtout eux-mêmes (le plus dur assurément).

De ses années d’animations, je garde d’excellents souvenirs de l’invasion de moustique aux longs jours sous une pluie battante, des fous rires aux crises de nerfs (de la part du jeune ou de la mienne je ne me rappel plus trop bien), des soirées auprès du feu aux nuits à me peler les fesses, des grands moments d’émotions aux grands moments de solitude.

J’ai passé l’âge d’aller me déguiser en pirate au fond des bois ou d’aller faire mes petits et gros besoins au fond du champ #glamourtoujours mais parfois ces moments de partage me manque. J’ai appris tellement de choses sur les autres et sur moi même.

Grâce au milieu associatif, j’ai fait de magnifiques rencontres qui se sont transformées en amitié pure et dure. A mon sens, c’est ce qui est le plus magique dans une association : tisser des liens plus ou moins forts entre des personnes qui ne se ressemblent pas mais qui sont animés par une même envie, un même but.

be-happy-be-scout-sweat-zippe-femme-veste-a-capuche-premium-femme

J’ai quitté mon rôle d’animatrice car il était temps de laisser la place aux plus jeunes et parce que je n’éprouvai plus autant de passion qu’au début. J’avais fait le tour et ma motivation n’était plus au rendez-vous. Il faut mieux savoir dire stop plutôt que de faire les choses par obligation. En tant que bénévole, notre rémunération tient dans le plaisir que nous avons à faire les choses. Si il n’y a plus de plaisir alors il faut savoir raccrocher.

Sans forcément fermer toutes les portes…

Depuis quelques semaines, je ressent le besoin de retrouver le milieu associatif, d’aider d’une manière ou d’une autre une association. Le besoin de se remettre au service d’une cause, de rencontrer de nouvelles personnes pour partager un intérêt commun me chatouille à niveau.

Ai-je le temps? Est-ce que notre emploi du temps particulier #visavecunpatissier n’est pas un frein? Ai-je les épaules assez solides pour assumer le combo vie associative + responsabilités professionnelles + blog? Comment vais-je devoir m’organiser pour être sous tout les fronts en même temps moi qui me noie dans un verre d’eau en ce moment?

Entre le chant du milieu associatif et les responsabilités de la vie de tout les jours, mon coeur balance. En tout cas l’envie est là, de plus en plus présente.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’appel du milieu associatif »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s