Parcours PMA

7 phrases entendues sur le don de gamètes

Depuis que nous avons appris la stérilité de Zhom, nous avons commencé à demander à nos proches si il souhaitait faire un don à défaut de pouvoir (pour le moment) aider directement les autres. Parler du don de gamètes autour de soi n’est pas une chose facile. Le sujet ne fait pas la une des journaux ni celui des jolies histoires que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux. Petit florilège des réactions lorsque l’on parle de parrainage pour le don.

 « Mais je ressemble pas à Zhom ! »

C’est très souvent LA première réaction qui revient. De vous à moi, on s’en fiche ! Le but du donneur n’est pas de nous donner directement ses spermatozoïdes mais d’alimenter la banque de sperme pour donner une chance à des couples de devenir parent. Et puis, si il n’a pas les mêmes caractéristiques physiques « principales » que le papa, il y a peu de chance pour que ses spermatozoïdes nous soient alloués.

don_sperme-560x390

« En gros vous me demandez de faire un enfant avec vous »

On vous rassure, ce n’est pas parce que l’on demande de l’aide qu’elle est forcément pour nous ! Le donneur être anonyme, c’est LA condition. Nous ne nous retrouverons avec les gamètes de la personne qui a choisi de nous parrainer.

On ne demande pas non plus un plan à 3 (désolé pour ceux que ça titillait #coquinou). Pas de coït entre nous, tout est médical dans notre demande 😉

« Vous allez faire un consanguin ! »

Alors, non ! Ce n’est pas parce que l’on demande de l’aide à ses frères qu’on va finir avec leurs spermatozoïdes. Le don est géré par un organisme assez tatillon qui à mon avis prend soin de vérifier ce genre de détails avant d’attribuer les spermatozoïdes au couple demandeur.

« Je vais me retrouver avec 150 enfants »

Euh non, le film Fonzy est une fiction, pas la réalité. Le donneur peut effectivement donner plusieurs fois et ses petites graines transmises à 5 couples différents pas plus. Chaque IAD n’est pas forcément une réussite, il y a des échecs et les gamètes injectés ne donneront donc pas forcément un bébé à chaque fois.

ca4b8682f1b0eaacfaddfa748501a09a
Visuel très Star Wars dans cet article …
« Ce n’est pas simplement donner des cellules, c’est transmettre son patrimoine génétique »

Effectivement, le don n’est pas à prendre à la légère. C’est donner ses gènes à un couple qu’on ne connaît pas pour créer un être qu’on ne connaîtra jamais (et qui n’existera peut être pas). C’est remettre en cause le fait que la paternité ne se limite pas à la génétique, un détachement difficile à faire.

« Et vous avez pensé à l’enfant ? »

« Au fait qu’il devra vivre sans connaître son père biologique et qu’il en souffrira toute sa vie ». Même dans son cercle proche, certaines réflexions peuvent faire mal, très mal. Etre donneur de gamètes ce n’est pas chercher à être le père biologique d’enfants, c’est donner une chance à des couples qui souhaitent plus que tout fonder une famille.

Nous ne dirons pas à notre enfant qu’il a un père biologique qui se balade. Nous dirons qu’il est le fruit de la solidarité et de la gentillesse d’un homme qui a voulu aider ses parents à avoir un bébé, un ange gardien pour papa et maman.

« En fait le don c’est comme l’adoption, l’enfant n’est pas de vous»

Et l’article se termine sur un magnifique uppercut en pleine mâchoire,  je vous laisse déguster. Contrairement à l’adoption, nous aurons la chance de vivre le développement in utéro et la naissance de bébé, notre enfant portera une partie de mes gênes. Contrairement à l’adoption, notre enfant n’aura pas de vécu avant notre première rencontre. Contrairement à l’adoption, je n’ai pas à faire le deuil de la maternité.

Par contre, comme pour une adoption, nous devons redéfinir la notion de parents face à cet enfant qui aura été conçu différemment.

J’ai fait le choix de parler du don à mes proches et communiquer c’est s’exposer aux réflexions, au questionnement de l’autre pour le meilleur et pour le pire. Est-ce que je le regrette ? Non même si certaines réflexions me laissent un goût amer.

En France, 80% des donneurs sont des proches de personnes ayant besoin d’un don parce qu’on ne communique pas à ce sujet. Aujourd’hui, le don en France survit grâce au bouche à oreille, à la générosité des proches et à leur solidarité.

#parlonsdudondegamètes #desfamillesgraceauxdonsdegamètes #dongamètes #donovocytes #donspermatozoides #donsembryons

Publicités

12 réflexions au sujet de « 7 phrases entendues sur le don de gamètes »

  1. C’est vraiment des choses que tu as entendues ? Je suis choquée que l’on puisse penser des trucs pareil … la Pma est une chance , le don de gamète aussi pour les couples qui non pas la chance (comme nous) d’y arriver « seulement » en pma . Quoi qu’il arrive je suis souvent choquée de ce que l’on pense de la pma alors du don …

    Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que nous avons entendus toutes ces remarques nous aussi… C’est une méthode pour avoir un enfant qui choque certaines personnes (qui elles n’ont jamais eu à faire face à ce genre de difficultés ou qui sont d’une autre génération). Mais je disais avec mon conjoint que ceux qui ne n’accepteront pas l’enfant que nous aurons un jour (je l’espère) comme notre enfant et bien ces personnes ne mériteront pas pour nous de faire parti de notre vie ni d’avoir un rôle quel qu’il soit auprès de notre enfant.

    Aimé par 1 personne

    1. On est complètement d’accord avec vous! Le don s’est imposé à nous, nous avons du assimiler, digérer cette nouvelle pour pouvoir fonder une famille. C’est lourd à vivre et peut-être à porter pour nos enfants sans avoir en plus à supporter les remarques des gens « Tu sais son papa s’est pas vraiment son papa contrairement à toi. » Il faut mieux que je n’ai jamais à entendre ce type de phrase…

      J'aime

  3. C’est franchement pas facile tout ça. On a de la chance ici de ne pas avoir eu besoin de chercher un parrain pour avoir recours au don. On en a déjà vaguement parlé à la famille mais on en parle pas activement. Ceci dit je compte bien expliqué à la famille comment notre futur bébé a été fait, histoire que ça ne crée pas de souci pour lui/elle.

    J’espère que vous trouverez vite un parrain. Courage!

    Aimé par 1 personne

  4. Pas facile d’en parler autour de soi. Nous on avait même pas demandé autour de nous ; on savait très bien la réaction qu’on aurait… bon courage pour la suite. C’est très courageux en tout cas de chercher quelqu’un qui peut vous parrainer…

    Aimé par 1 personne

  5. Que les gens peuvent être maladroits… Ce n’est effectivement pas évident d’en parler, mais c’est essentiel. J’aime beaucoup ta façon de voir les choses quand tu dis que votre enfant n’aura pas un père biologique qui se ballade mais qu’il aura été conçu grâce à la générosité des gens et d’un homme en particulier… Une jolie vision…

    Virginie

    Aimé par 1 personne

    1. Merci. Il faut parler, expliquer pour pouvoir sensibiliser.
      Je vais donner mes ovocytes, c’est obligatoire pour moi mais jamais je ne me verrai comme une mère biologique d’un enfant que je connaîtrais jamais. Pour être une mère il faut un minimum de lien avec le père et là nous n’en aurons aucun.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s