Humeur

Comment conjuguer boulot et PMA, mon expérience

La question revient beaucoup sur les forums. Comment concilier travail et PMA ? Comment peut-on réussir à jongler entre le travail et la multitude de rendez-vous médicaux (sans parler du temps passé pour avoir un rendez-vous) ?

La PMA prend du temps, beaucoup, surtout quand les examens médicaux doivent s’enchainer. On ne peut pas toujours choisir l’heure d’un rendez-vous et les délais sont tellement longs qu’on ne va pas chipoter sur l’horaire ! « Un rendez-vous le Mardi à 10h ? Parfait, je prends ». Dès le début du parcours, il était impossible pour moi de reculer la date d’un rendez-vous à cause de mes horaires de travail. Quand on appelle le centre AMP au mois de Décembre et qu’on vous annonce un rendez-vous en Mai, on devient beaucoup moins regardant sur le jour et l’heure.

J’ai commencé un nouveau travail 1 mois avant notre premier rendez-vous en PMA et pour moi, c’était clair depuis le début : mon travail ne devait pas être un frein à notre parcours. Si certaines choisissent de garder secret leur parcours, j’ai décidé d’en parler très clairement à ma responsable.

Etant intérimaire, je savais que cette approche pouvait mettre un terme à la mission mais je ne voulais pas me cacher derrière des explications bidons et passer mon temps à esquiver les questions. Sa réaction a été très positive, elle n’a pas mis fin à ma mission et m’a dit que je pouvais m’absenter autant de fois que nécessaire #ouf #soulagement

workstation-336369_960_720.jpg

Ce que j’ai gagné

De la confiance, je n’abuse pas de la situation et ma responsable le voit bien. Elle me voit jongler entre le travail qui doit être fait et les rendez-vous médicaux. J’ai toujours essayé de garder le rythme et de ne pas prendre de retard malgré les examens. Lorsque l’on a appris la stérilité de Zhom, ma responsable ne voulait pas que je reprenne le travail tout de suite et elle a été très surprise de me voir débarquer le lendemain (j’en avais énormément besoin).

De l’argent. Annoncer notre parcours m’a aussi permis de bénéficier de la loi du 26 Janvier 2016 qui est une modification de l’article L1225-16 du Code du Travail. Cette loi autorise les absences de personnes engagées dans un parcours PMA qui sont assimilées à une période de travail effective et donne lieu au maintien de la rémunération. Pour bénéficier de cette loi, je dois justifier mes absences par une convocation ou un justificatif fournis par le centre PMA.

De la sérénité, le fait d’avoir informé ma responsable et le service RH me permet d’être plus sereine par rapport à mon travail et je me souci moins de la date et de l’horaire du prochain rendez-vous.

Ce que j’ai perdu

Un CDI. Avoir annoncé mon parcours est peut-être un frein à mon embauche pérenne au sein de l’entreprise et c’est surement le point le plus négatif.

Mon jardin secret. En parler, c’est exposer sa vie privée aux autres. On sait très bien que les bruits de couloirs et les infos perso circulent très vite dans une entreprise et la moitié de la boîte doit être au courant. Et alors ? L’infertilité n’est pas une tare, c’est de la malchance. On y peut rien, elle s’impose à nous.

Et vous, comment gérez-vous la PMA au travail ?

Publicités

10 réflexions au sujet de « Comment conjuguer boulot et PMA, mon expérience »

  1. J’en ai parlé aussi rapidement au boulot pour les mêmes avantages que tu énonces. Je devais faire des déplacements, parfois à Madagascar, donc je devais leur dire rapidement si j’étais du voyage ou non.
    Je déteste la boite où je suis alors je ne culpabilise pas tellement de mes absences, c’est surtout par rapport à mon équipe qui doit souvent faire sans moi que ça m’embête. Comme j’en parle très facilement, oui, beaucoup de personnes sont au courant et étant dans un univers très féminin j’ai le doit à pas mal de réflexions/pitié/gêne ect… mais le soutien que je peux aussi trouver équilibre le tout.

    Je ne regrette pas mon choix d’en avoir parler car clairement j’ai de nombreux avantages financier à l’avoir fait et c’est un stress en moins.

    Aimé par 1 personne

  2. Au tout début j’étais au chômage et je me demandais bien comment faisaient les pmettes qui travaillaient (j’en ai croisé beaucoup qui avaient fini par arrêter de travailler d’ailleurs), puis j’ai eu de la chance, ma PMA n’étant pas très loin je n’étais jamais en retard au boulot, pour les FIV je les calais pendant les vacances scolaires (je bossais en école), pareil pour les examens, les IAD c’était pendant la pause de midi. Il est parfois arrivé que je n’ai pas le choix et qu’un rdv tombe sur un jour de boulot mais c’était tellement rare que le prétexte « rdv médical » passait très bien. Il n’y a que la dernière FIV qui a posé qq soucis mais employeurs au courant et très ouverts… donc ça s’est bien passé.
    Bref sur ce point là j’ai eu de la chance, jongler n’était pas évident et fatiguant mais c’est quasiment toujours passé inaperçu au travail, généralement la hiérarchie n’était pas au courant mais mes collègues si, pour le soutien 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Et j’ajoute, pour les démarches d’adoption en revanche pas le choix du jour et de l’heure (et puis comme tu dis on chipote pas) mais c’était avec mon dernier employeur, au courant de nos démarches, et très bienveillant par rapport à tout ça.
      Une fois notre infertilité m’a coûté un boulot, on m’a appelé pour un remplacement long mais à cause d’un rdv je ne pouvais pas commencer dès le premier jour voulu. Du coup il m’est passé sous le nez.

      Aimé par 1 personne

  3. Ici j’en ai parlé tout de suite à mes collègues directe. Parce qu’on doit s’arranger entre nous pour se faire remplacer quand on est absent (ou en retard). Mon boss je ne lui ai rien dit au début car il se moque si on est là ou pas tant qu’on s’est arrangées entre nous pour q’il y ai qqn ça va. Au début des IAD ça allait, mais mes collègues rallaient parfois (souvent) et comme on allait passer en FIV, j’ai demandé un entretien pour lui en parler. Je bosse dans un centre médical avec casi que des gynécologues – obstétriciens et je sui suivi à l’hôpital où tous bossent. Donc je me voyait mal remettre un arrêt à mon boss avec le tampon de son collègue. Il l’a bien pris. Mais bon pour autant il faut quand même que je me démerde avec mes collègues et c’est un stress.
    Pour ma 1ere FIV j’ai fait une hyperstimulation, j’ai donc été arrêté plus longtemps que prévu. J’ai prévenu tout le monde (boss et collègues) alors que j’étais à l’hôpital, les pieds encore dans les étriers et même là j’ai du négocier avec tout le monde. Bon au final, j’ai dit à mes collègues demerdez-vous, voyer avec le boss et au boss, il m’a plus envoyer de mail quand je lui ai dit que j’étais au bord de l’hospitalisation.
    J’espère que ça ira mieux pour la FIV 2.

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour miss… concernant mon expérience « boulot et PMA », je dois dire qu’avec un long parcours en PMA, il y a eu de tout. Les examens médicaux avant IAD ou FIV se déroulent les lundi, mercredi et vendredi dans mon centre entre 8h et 10h, je m’arrangeais pour avoir rendez-vous le plus tôt possible et j’arrivais en retard au boulot, je loupais une heure et je m’arrangeais avec une collègue. J’ai été absente pas mal de fois pour les rendez-vous avec gygy, pour les ponctions… ça posait pas trop de problèmes même si j’ai su bien après qu’on disait que je m’absentais pas mal même si les collègues savaient pourquoi. Heureusement, plusieurs filles sont tombées pendant les vacances scolaires donc moins d’absences pour moi. A chaque fois, il fallait que je prévienne mon établissement, me fasse remplacer ou rattrape ce que j’avais manqué, pas évident mais bon, pas trop le choix. Pas de soucis avec les chefs par contre.

    Aimé par 1 personne

  5. Je viens juste de poster sur ce dilemme ! Je suis au Maroc et malheureusement la loi n existe pas ici sur la PMA et pire elle n’ est pas considérée comme une maladie par la protection sociale donc je dois « faire croire » à une autre maladie gynécologique au boulot et j essaye de gérer au max mais pas tjs facile. En tt cas je suis comme toi je me dis que pour l’instant je privilégie le parcours et j ai la chance d être déjà en CDI…. Bon courage !

    Aimé par 1 personne

  6. J’ai réussi à faire les deux sans soucis et même mes iac entre 12h et 14h tout ça sans jamais en parler et presque jamais ou presque être en retard mais j’étais à 20min de mon boulot … Je n’aurais jamais pu en parler j’aurais été mise au placard direct !!! Et déjà que j’étais en mal d’enfant merci bien

    Aimé par 1 personne

      1. J’étais (avant de devenir enfin maman) très carriériste, mon boulot était mon echapatoir au ventre vide alors en parler là-bas mon dieu … J’ai réussi non sans mal à gérer les deux mais j’ai réussi et quand je revenais des iac j’avais ce petit secret en moi…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s