Parcours PMA

Ce que j’aurais aimé qu’on me dise sur l’infertilité

L’arrivée de Miss Infertilité dans nos vies, c’était il y a maintenant 1 an. Déjà ! Seulement! 1 an c’est une éternité par rapport à notre envie de bébé et pourtant en regardant dans le rétroviseur on se rend compte qu’il s’en est passé des choses !

Des choses pour lesquelles nous n’étions pas préparés. Passé la tristesse suite aux résultats de Zhom, on s’est retrouvé complètement paumé. Et maintenant qu’est-ce qu’on fait? Comment ça va se passer? Comment vais-je réussir à gérer cette tristesse?

Dans un parcours PMA, les médecins font tout pour créer la vie mais ne s’occupe pas vraiment d’informer les couples sur les émotions et les étapes qu’ils font vivre. En Janvier dernier à l’annonce de notre infertilité, j’aurais aimé qu’on me dise :

Que tu n’es pas seule même si tu es persuadé du contraire

Non tu n’es pas seule, des centaines de couples sont dans le même cas que vous. Des centaines de couples se battent pour réaliser leurs rêves et connaître les joies de la parentalité. Il existe une vraie communauté autour de l’infertilité. Le blog, les groupes de paroles m’ont permis de rencontrer des personnes qui souffrent autant que nous, des personnes qui sont là pour écouter, pour accompagner, pour encourager. Toutes ces personnes sont une force qui m’a beaucoup aidée dans les moments de doutes et de chagrins.

Que l’on apprend à vivre avec le chagrin

Au début il écrase tout sur son passage, il te paralyse et t’empêche d’avancer. Et puis un jour, il diminue sans jamais disparaître et tu apprends à vivre avec cette peine. Tu vas passer par des moments où la moindre poussette, la moindre femme enceinte te fera pleurer et puis ça passera car tu seras pris dans le tourbillon de la PMA.

990354d68c2b9279666efb4aa0eee059

Que tu ne dois pas perdre de temps

6 mois pour avoir un premier rendez-vous en PMA, 6 mois d’attente pour le premier rendez-vous au CECOS… Les délais d’attente pour débuter un protocole sont long surtout quand on essaie d’avoir un bébé depuis longtemps alors tu ne dois pas perdre de temps avant de contacter les centres pour un premier rendez-vous.

Que tu apprendras la patience et que tu n’as pas fini de l’apprendre !

Malheureusement, taper des pieds et crier  n’y changera rien, il te faudra patienter pour avoir ton premier rendez-vous, patienter pour les résultats d’examens, patienter avant de pouvoir être enceinte. Le temps est lent en PMA et l’attente fait partie du processus.

Cependant rien ne t’empêche de pousser la porte de spécialistes mais sache de 2 mois d’attente pour un rendez-vous c’est super rapide.

Tu apprendras aussi à patienter des semaines (qui peuvent sembler une éternité) pour avoir des résultats d’examen. C’est une période très éprouvante où le moral fini vraiment dans les chaussettes.

Que tu passeras des examens à la pelle

A toi les prises de sang, les échographies endo-vaginale à foison ! Ton corps et surtout ton système reproductif seront auscultés, surveillés, analysés pour trouver ce qui ne fonctionne pas (ou pas). Ne t’inquiète pas, chéri aussi en prendra pour son grade à coup de prise de sang et de spermogramme. Tu apprendras que faire une écho endo pendant tes règles est possible (instant beurk) et que tu peux en remplir des tubes de sang avant de défaillir.

Que tu ne seras pas épargnée

Que ce soit suite aux résultats des examens ou à la maladresse des gens, tu as pas fini de prendre des coups sur la tête. Une mauvaise nouvelle n’arrive jamais et il faudrait te préparer à toutes les éventualités même celles dont tu ne veux pas entendre parler. Oui, on peut terminer un parcours PMA sans avoir d’enfant.

Les choses te seront souvent dites de manière assez cru. Les médecins ne prennent pas forcément de gant. Au départ c’est déroutant mais avec le recul je pense qu’il ne cherche pas nous blesser mais plutôt à nous mettre face à la réalité pour ne pas que l’on puisse l’éviter.

Que tu resteras incomprise par certains

L’infertilité isole, c’est un fait. Les autres ne pourront pas se mettre à ta place. Tant qu’une personne n’a pas vécu l’infertilité, elle ne pourra pas forcément comprendre ta tristesse, ton désarroi, ta colère (qui émane de la jalousie souvent). Il te restera alors 2 options : te couper du monde et ne plus leur adresser la parole ou continuer encore et toujours à avancer entouré de tes proches.

Que tu resteras amoureuse

Malgré tout. Ton homme sera toujours ton homme et ton amour pour lui restera intact. Bien sûr votre couple en pâtira, il faudra retrouver la petite étincelle pour les câlins sous la couette. Mais une nouvelle complicité naîtra de votre nouvelle bataille. L’infertilité se vit à 2  et se combat à 2.

Que tu en sortiras plus forte

L’infertilité te fait soulever des montagnes, elle te pousse à te surpasser surtout moralement. Tu finiras par continuer à avancer malgré la fatigue, le chagrin ou le stress. Tu supportera les examens plus où moins douloureux. Tu continueras à te battre malgré les échecs, malgré la peur de ne pas pouvoir devenir mère.

L’infertilité aura des répercussions sur ta capacité à te relever encore et toujours, à persévérer encore et toujours et à te battre pour devenir maman.

Et vous, qu’auriez-vous aimé qu’on vous dise sur l’infertilité?

Publicités

20 réflexions au sujet de « Ce que j’aurais aimé qu’on me dise sur l’infertilité »

  1. Je te rejoins , on en ressortira plus forte, on apprend à se dépasser, on se redécouvre et on se rend compte que notre couple est immensément fort!
    La Pma est une sacrée épreuve de vie.. je sais pas ce qu’il en sera de ma vie dans quelques années mais une chose est sûre , malgré la difficulté des moments que l’on a pu vivre ( et il y en a eu), on a toujours rebondit et pour cela je serais toujours fière de notre couple.
    Et chaque couple en Pma peut être fier malgré les difficultés que la vie lui donne à vivre , de toujours trouver la force d’avancer!

    Après c’est clair qu’il nous faudrait un manuel ou je ne sais pas quoi à notre entrée en Pma pour nous dire  » youhhouuu, le monde s’écroule mais ça va aller! »

    Aimé par 2 people

    1. Je pense que tu tiens une super idée ! Un petit manuel a distribuer à tous les gynécos pour qu’ils puissent le donner à toutes celles qui viennent d’apprendre leur infertilité.
      Il y a déjà beaucoup de livre mais il faut aller les acheter alors que là, la brochure viendrait à toi.

      J'aime

  2. Pareil ici, la gynéco nous a juste dit qu’on ne pourrait pas y arriver seuls avec un tel spermogramme ou avec beaucoup de temps et a fait une lettre pour la PMA. Aller en PMA, l’accepter du moins, est un cap compliqué à franchir, on devrait nous y préparer un minimum…

    Aimé par 1 personne

  3. je rajouterai, qu’on apprend à ne pas faire confiance aveugles aux médecins, car on se rend compte qu’au final, ils n’ont pas la réponse à tout, et qu’ils peuvent aussi se tromper, passer à côté de choses.
    Que tu es « contente » de recommencer à faire des piqures après des mois de pauses, même si avant la PMA tu en avais la phobie.

    Pour le reste, je me retrouve effectivement dans tous les points.

    Aimé par 1 personne

  4. Tout ça, et, ça rejoint un peu Nirnaeth : « Choisis tes médecins » il faut que la confiance soit là, il ne faut pas hésiter à claquer la porte quand un médecin (ou n’importe quel soignant) est irrespectueux, quand tu te sens mal avec lui, quand il n’explique pas, ne répond pas au question… Nous en tout cas on est devenu très exigeants, dans tous les domaines, maintenant on choisit nos soignants.
    Et il y a aussi : « Ne t’empêche pas de vivre » malheureusement on a tous tendance en PMA à s’arrêter de vivre, ne plus faire de projets, vivre en fonction de la PMA… et on loupe beaucoup de choses.
    Et puis : « Faire une pause ce n’est pas perdre du temps » , toutes les pauses que j’ai fait (majoritairement imposées par les délais) ont été salutaires.
    Et « Pro de la biologie de la reproduction tu deviendra », hormones, cycle féminin, spermogramme… tout ça n’aura plus de secret pour toi !

    Aimé par 1 personne

      1. Non pas du tout! On a pas été épargné par les médecins.
        Gynéco : »je peux rien faire pour vous »
        1er urologue : « je ne sais pas quoi vous dire »
        2ème urologue : « vous devez surement avoir un souci génétique » (raté)
        3ème urologue : « Bon bah on a rien trouvé, au revoir »
        Seul le 4ème urologue a su mettre les formes même si il a réduit à néant les chances d’avoir un enfant de nous 2.

        J'aime

  5. Et que la médecine n’est pas une science exacte aussi. L’infertilité humaine est encore pleine de zones d’ombre, et il y a encore plein de situations où les médecins n’ont pas de réponses, pas de solutions. Une fois, quelqu’un m’a dit que la PMA était encore un peu « expérimentale ». C’est vrai. En prendre conscience a été pour moi un vrai coup de massue.

    Aimé par 1 personne

    1. On est confronté à la limite des connaissances en matière de fertilité masculine. Les médecins sont catégorique, ils ne savent pas pourquoi Zhom ne synthétise pas l’hormone Inhibine B et encore moins comment le soigner.
      Si la PMA n’était pas expérimentale, on aurait pas besoin de 5 FIV pour être enceinte.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s