Parcours PMA

[Carnaval d’articles] L’attente

Début Septembre, je célébrai mon 35 ème cycle sans grossesse à la clef. Une longue période d’attente avant le début des choses sérieuses. Le CECOS nous ayant donné leur accord pour le don peut de temps après nous permettant de changer de quai.

Pour fêter la fin de 3 ans d’attente sans la moindre possibilité de concevoir un bébé, j’ai lancé un carnaval d’articles sur cette attente qui nous ronge mais qui peut aussi nous réserver de belles surprises.

Avec plus de 10 jours de retard sur le calendrier, je tiens à remercier Deb Aura, Unbébéàtoutprix, lydiie_et_ses_petits_chats, En_attendant_la_cigogne, we_must_be_patient et Stephopoloc qui ont bien voulu participer à ce carnaval.

letters-1834501_1280
Combien de cycles se sont écoulés ?

36 ! 36 cycles sans la moindre chance de tomber enceinte. Si ce chiffre paraît énorme pour certaines, je sais que beaucoup de Pmette attendent depuis bien plus longtemps comme Deb et ses 42 cycles, Un bébé à tout prix et ses 45 cycles, lydiie et ses 4 ans d’attente et de souffrances.
Qu’as-tu entrepris pendant cette période ?

J’ai changé de boulot 3 fois ! A défaut de pouvoir fonder une famille dans l’immédiat, j’ai accepté des challenges professionnels très différents et ça aide à faire passer le temps. Avec Zhom, nous avons également fait une to do list pour notre année d’attente dans le parcours CECOS. Je vous ferai un article bilan à ce sujet.

Le but de notre to do list était de réaliser plein d’envies comme a pu le faire En_attendant_la_cigogne et we_must_be_patient.

Contrairement à Deb et lydiie, je n’ai pas profité de cette période pour perdre du poids ce qui contrarie un peu le corps médical.
Quels traits de caractère se sont développés chez toi ?

La PMA m’a appris la patience (et c’est pas En_attendant_la_cigogne qui me contredira) et la combativité. Moi l’impatiente de nature, j’ai du composer avec les délais à rallonge pour avoir un rendez-vous. Quand à la combativité, elle est nécessaire dans notre parcours pour ne pas perdre de temps justement comme à pu le faire we_must_be_patient également. Il nous faut rebondir encore et toujours pour arriver à notre but.

D’un coté beaucoup moins positif, la jalousie s’est aussi développée comme pour Deb, Steph’ ou Un bébé à tout prix, c’était une de mes craintes au début du parcours et ça s’est vérifié avec le temps.
A quel moment as-tu le plus douté ?

Le jour du premier spermogramme. Le jour où on a du faire le deuil de notre bébé couette et où la question du don de gamètes s’est posé pour la première fois. Au delà de la douleur, on a surtout du se projeter vers l’inconnu et effectivement, j’ai douté de ma capacité à relever le défi.

Tout comme En_attendant_la_cigogne, je dois aussi me battre contre mon côté assez pessimiste de nature. Le verre est très souvent à moitié vide avec moi.

Contrairement à we_must_be_patient, apprendre que nos bébés ne ressembleraient pas forcément à Zhom ne nous a pas fait douter par rapport au don. Je comprends tout à fait que cela puisse être déroutant surtout vis à vis de ses proches.
Quel est ton meilleur souvenir?

Les vacances en Bretagne juste avant la biopsie de Zhom. On a profité des vacances comme jamais surement à cause de la peur du résultat. Dans notre parcours, ça reste une parenthèse enchantée.

Tout comme Deb, il y a aussi les rencontres à travers le blog et le groupe de paroles avec l’impression de ne plus être seule dans le monde de l’infertilité.

Pour Steph’, le meilleur souvenir sera les 2 tests positifs qui ont mis fin à son parcours.
Quelle est la plus grande fierté? Ta plus grande réussite?

Certainement de ne jamais avoir lâché, d’avoir su rebondir après chaque difficulté. Bien-sur qu’il y a eu des moments de grande détresse mais devant Zhom, je n’ai jamais eu l’envie de lâcher bien longtemps.

Avoir réussi à continuer à vivre, à continuer d’avoir des projets est aussi une réussite. Celà montre que la PMA n’a pas mis ma vie entre parenthèse même si certains de nos projets doivent attendre la fin de cette parenthèse.

Je ne sais pas si j’arriverai un jour à dire que ma plus grande fierté est de savoir gérer les injections comme En_attendant_la_cigogne parce que ce jour là n’est vraiment pas près d’arriver.

La plus grande réussite de Deb, Steph’ et lydiie sont leurs bébés respectifs, comme je les comprend… J’espère que Jeanne réussira à réaliser sa plus grande réussite avec l’arrivée de son petit bout.

Pour finir cet article, je laisse la parole à we_must_be_patient qui m’a beaucoup touchée avec ses mots :

« Je suis fier de notre parcours, de tous les obstacles que nous avons réussi à surmonter et fier de ce qu’est notre couple ! Nous avons réussi à être fier de nous, à ne pas avoir honte de nous et je pense que c’est déjà un beau progrès ! »

Publicités

5 réflexions au sujet de « [Carnaval d’articles] L’attente »

  1. (ma connexion pourrie me fait tourner en bourrique, désolée si doublon mais je crois que mon comm n’est pas passé, je disais donc) C’est important de faire un bilan de temps en temps pour se rendre compte qu’il n’y aura pas eu que de la souffrance mais aussi de belles choses.
    J’avais vu ta proposition de farandole mais à ce moment là j’étais en « bad-bilan » sur ces, bientôt, dix années passées…

    Aimé par 1 personne

    1. Je peux tout à fait comprendre ton Bad bilan après toutes ces années d’attente.
      J’aimais l’idée de montrer que l’attente n’est pas synonyme de vie en parenthèse et qu’on peut continuer à entreprendre des choses. L’état d’esprit au bout de 3 ans est sûrement pas le même qu’au bout de 10 ans.

      J'aime

      1. En 10 ans il se passe énormément de choses, y compris des bonnes heureusement ! La vie avance forcément alors on construit, on a d’autres projets… On m’aurait dit dix ans plus tôt que je changerais radicalement de milieu professionnel je ne l’aurais jamais cru !
        Après je ne sais pas si je souffre plus du temps qui passe au bout de dix qu’au bout de trois, je ne crois pas, du moins ce n’est pas la même souffrance, comme tu dis pas le même état d’esprit. L’attente est dure mais ne fait plus peur, ce sont les épreuves passées qui sont douloureuses, et le temps perdu plus que le temps qui passe.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s