Parcours PMA

IAD 3 : on y retourne, pas le choix

L’avantage d’être suivi dans un service pendant un bout de temps, c’est que tu finis par connaître les médecins et donc à pressentir leurs réactions et réponses. Bingo ! Sans le moindre suspense, la réaction de la gynécologue face à mes questions sur l’IAD  a bien été celle partagée lors de mon précédent article. Je ne suis pas trop forte ?

« Vous savez, on ne peut pas prévoir la réaction du corps humain c’est tellement complexe. Vous réagissez bien au traitement mais si vous voulez avoir une belle ovulation, il faut perdre du poids ! » Ce qui est bien avec ma gynécologue c’est qu’avec elle, je sais déjà à quoi m’attendre. A chaque fois que je lui adresse la parole, ma graisse revient dans la discussion comme un boomerang.

T’es grosse, tu n’es qu’un utérus à remplir alors tu fermes ta gueule et tu maigris. On ne va quand même pas pousser plus loin les examens et chercher ce qui ne va pas alors qu’es pas capable de bouger ta graisse.

Elle a voulu présenter notre dossier au staff pour voir ce qu’ils peuvent faire. Je ne lui en ai pas laissé le temps. On enchaîne les essais comme c’était prévu il y a 1 mois. J’ai plus de temps à perdre dans ce centre qui de toute façon ne me prendra plus en charge si notre 3ème IAD est un échec pour cause de graisse trop présente.

Ai-je envie de continuer à être suivi dans un centre qui ne me voit qu’à travers mon obésité ? Franchement, je me pose la question. Là où j’ai besoin d’être rassurée et accompagnée, on me stigmatise à cause de mon poids. Je ne suis plus sereine et ce n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux pour notre parcours.

Après avoir très lourdement insisté, j’ai fini par décrocher mon passe pour la 3ème IAD sans passer par le staff. J’ai toujours pensé qu’il fallait laisser le corps se reposer entre 2 essais et finalement pas de pause pour nous cette fois-ci. On reste la tête dans le guidon avant une longue pause forcée jusqu’à l’automne.

Dans mon esprit, il s’agit de notre dernière chance, la dernière possibilité d’avoir un enfant via les inséminations. Je ne me dis pas ça pour me mettre la pression mais plutôt pour me bouger les fesses afin de faire au mieux pour cette 3ème tentative et ne pas la prendre par-dessus la jambe en étant défaitiste.

Je suis prête pour cette dernière tentative.

Publicités

Une réflexion au sujet de « IAD 3 : on y retourne, pas le choix »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s